l’Institut du Droit d’Asile Museo Casa de Leon Trotsky, AC

Le 20 Août 1990, dans le cadre de la cérémonie réalisé pour commémorer le 50ème anniversaire de l’assassinat de Léon Trotsky, a été réalisé par la Maire de la ville de Mexico, l’acte d’inauguration de ” l’Institut de Droit de l’Asile et des Libertés Civiles” et la réouverture officielle du Musée Casa de Léon Trotsky situé rue de Vienne numéro 45 entre la rue Morelos et la rue Gomez Farias au sein de la colonie Del Carmen de Coyoacán.

Par ces faits, la Mairie de la ville de Mexico a annexé l’ancienne ferme qui était initialement occupé par le leader révolutionnaire soviétique de son vivant, la propriété situé sur le côté du ruisseau de l’avenue Rio Churubusco marqué du numéro 410 de venu depuis l’entrée officielle du Musée Casa de Léon Trotski.

Le 15 Novembre 1996, a cessé d'exister « l’Institut de Droit de l’Asile et des Libertés Civiles » et à sa place a été créée l’Institut du Droit d’Asile Museo Casa de Leon Trotsky, AC, dirigé par un conseil d'administration, présidé par M. Javier Wimer

1.- Actuellement le musée Léon Trotsky possède divers espaces d’exhibitions. L’entrée principale, est un hall d’accueil qui donne accès à la salle d'exposition temporaire où se présente chaque mois des expositions d'artistes locaux, de l’autre côté se situe la bibliothèque "Rafael Galván" formée par une collection de plus de 7.000 livres qui appartenait à ce dirigeant syndicaliste, un ingénieur en mécanique et diplômé en économie, qui a été élu en 1964 comme sénateur de la République à l'Etat de Michoacán et plus tard comme secrétaire général de l'Union des ouvriers en électricité au Mexique jusqu'à 1975, il fut déchu, fonde un mouvement démocratique, connu sous le nom l’Union du Mouvement révolutionnaire, en est leader jusqu'à sa mort le 3 Juillet 1980.

2.-Dans cette bibliothèque, on trouve les différents livres écrits par Léon Trotsky au cours
de sa vie, des biographies de Trotsky écrites par des auteurs célèbres, magazines d’organisations marxistes à travers le monde et des documents sur la "Dewey Commission" instances créé par la politique libérale américaine philosophe John Dewey, pour enquêter sur les accusations portées contre Trotsky par le régime de Joseph Staline, au cours des soi-disant : «procès de Moscou»

Une collection d'articles journalistiques sur les différents événements au cours des quatre années de sonexil au Mexique, une collection reliée d'éditionsdu journal Pravda, Izvestia et Hoboe, entre 1960 et 1980, entre autres. La bibliothèque est en consultation publique et de ses principaux sujets sont les sciences politiques, sciences humaines et théorie marxiste.

3.-Au deuxième niveau se trouvent les bureaux administratifs et l'auditorium du musée, qui est capable de recevoir plus de 80 personnes et dans laquelle se réalise des conférences, des présentations de livres, des récitals de poésie, mise en scène d’œuvres théâtrales, projection de films éducatifs en matinée pour les enfants et de nombreuses autres activités.

Sur la partie gauche de l’entrée du musée, se trouve le guichet et l’entrée à la salle d'exposition permanente, qui expose des photographies de la famille de Léon Trotsky comme à son arrivée au Mexique en Janvier 1937 ainsi les personnages qui l'entouraient pendant son exil dans notre pays, tels que Diego Rivera, André Breton et Frida Kahlo, entre autres. Sont présentés aussi des photos prises par Alex Buchman de l'apparition de Trotsky devant la Commission Dewey,et l'arrivée de son petit-fils Esteban Volkov au Mexique en 1939 et les personnages qui ont participé à son attentat qu'il a subi en mai et août 1940, où figure les complices, son meurtr
ier, le processus judiciaire qui en découle, ses funérailles et la crémation de son corps.

4.-Il ya un buste en bronze de Léon Trotsky et trois vitrines dans lesquelles les effets personnels de sa seconde épouse Natalia Sedova, tels que votre passeport, la correspondance avec le général Lázaro Cárdenas et sa veuve Amalia Solórzano (de Cárdenas), livres écrit par Trotsky, ses lunettes, un cylindre de cire Dictaphone, qui enregistrait ses conférences, un fusil, une loupe pour lire, etc. ... Sur le mur du fond sont exhibés les affiches commémorant divers événements à travers le monde ayant trait à Trotsky.

Dans le couloir donnant sur le jardin de samaison, vous pourrez voir des photos des activités de Trotsky pendant son séjour au Mexique comme ses journées à la campagne, récupération de cactus, puis replanté dans son jardin, l'élevage de poulets et de lapins dans une petite cour adjacente à la maison des gardiens, que Trotsky avait fait construire à côté de sa résidence originale pour abriter ses secrétaires qui fais aient aussi fonctions de garde du corps, parmi d’autres occupations. Vous pourrez voir trois murailles qui ont été construits dans les coins de la propriété, pour surveiller la zone autour de la ferme, les clôtures ont été surélevées et la porte principale donnant sur la rue de Vienne a été fortifiée pour accroître la sécurité. Ilya encore un vieux bâtiment en bois avec des toits en tôle d'amiante, qui était autrefois le garage et qui fût le seul accès à la maison, surveillé jour et nuit par des gardiens.

5.-Le bâtiment est actuellement utilisé comme salle de projection audiovisuelle pour l'enseignement. Au fond à l'arrière-plan se trouve un vieux bâtiment en forme de T, divisé en sept chambres qui était la maison principale où vécu et Natalia Trotsky Sedova.

Ici la cuisine et la salle à manger, un studio où travaillait Natalia et les secrétaires, qui conserve encore une partie de la bibliothèque personnelle du révolutionnaire , en face se trouve la porte du bureau de Trotsky rempli de livres et de documents, son enregistreur vocal, un petit lit de repos, une carte du monde et un buste en marbre ancien du révolutionnaire placé à côté du bureau où il travaillait Trotsky quand il fût attaqué le 21 août 1940 par son meurtrier Ramón Mercader.

Ensuite la chambre principal où dormaient Natalia et Trotsky où l’on peut encore voir sur les murs, des trous des impacts de balles de la première attaque qu'il a subi des propres mains de l'ancien révolutionnaire, le peintre David Alfaro Siqueiros et ses complices en mai 1940. L’obligeant ainsi à poser des portes et fenêtres blindés pour repousser les attaques futures éventuelles.

Au fond se trouve la chambre du petit-fils de Trotsky, Esteban Volkov, qui avait treize ans quand Siqueiros a attaqué la maison et a reçu une balle effleurant son pied.

La salle de bain, très modeste, s'étend le long des chambres et est divisé en deux parties, un dressing avec WC au fond, où une armoire rustique conserve encore les vêtements originaux et des chaussures de Trotsky et Natalia Sedova et une salle où il y a un lavabo, une petite commode avec des articles d'hygiène personnelle et une baignoire. A l'extérieur, le côté gauche de l'entrée principale se trouve l'entrée de la vieille tour qui s'élève au-dessus de la maison, juste au coin de la rue Morelos et le côté du ruisseau de l'Avenue Rio Churubusco.

Le belvédère a été construit par l'ancien propriétaire, Don Antonio Turati, un scientifique italien qui s’était établis au Mexique au milieu du XIXe siècle et qui avait son atelier pour tailler toutes sortes de lunettes et un laboratoire qui a était le siège de l’Institut des sciences optiques. Sur les hauteurs, ont dominait les terrains entourant la ferme, ainsi que les différents chemins le long de la rivière de Churubusco, qui à l'époque de Trotsky, encore un long ruisseau le long du mur de la maison.

Dans un coin de la tour, se trouve un aigle de bronze, qui représente l’écusson de l'armée constitutionnaliste de Venustiano Carranza et dont il est dit, que ce fût un cadeau que lui fit M. Turatti, en reconnaissance de ses services rendus par le chercheur à la cause de Carranza. Tout le long de la clôture qui bordait la rivière Churubusco nous trouvons un bâtiment de deux étages en blocs de béton, utilisé pour les gardiens et les secrétaires de León Trotsky. Aujourd'hui, c'est une salle d'exposition appelée "Maison des Gardiens", où sont exposées des photos lorsque Lénine et Trotsky dirigeait la Révolution d'Octobre en Russie.

Il ya des images qui montrent le vieux révolutionnaire dans son rôle de commissaire de l'Armée rouge, faisant des discours et haranguant les jeunes soldats révolutionnaires et d'autres imagent qui montrent Trotsky, enfant, et durant sa jeunesse, et sa fille, Zinaïda, ainsi que différentes scènes d'événements politiques dans lequel il se montre aux côtés d'autres grandes figures de la révolution bolchevique, Lénine et Kamenev. Beaucoup de ces images ont été censurées par l'histoire officielle de la Russie de Joseph Staline, par une tentative grossière pour éliminer Trotsky de l'histoire. Au centre de la pièce il y va une paire de casquettes qui ont été utilisés à l'époque par Trotsky lorsqu’il dirigeait l'Armée rouge et sur le chemin qui mène à la sortie sont affichés des photos d’autres exilés en Turquie, France et Norvège et une carte avec les itinéraires empruntés par les révolutionnaires durant les années antérieures à son exil au Mexique. Au final, il y a un arbre généalogique de la famille de Léon Trotsky représentant le destin tragique de la majorité de ses membres qui ont été soit emprisonnées ou soit exécutées au cours de la sanglante répression anti-trotskyste déclenchée par le régime stalinien.

Au de hors se trouve le jardin où Trotsky a passé de longues heures à s'occuper de ses cactus et nourrir ses lapins et ses poulets dans les clapiers en bois à côté de la maison des gardiens, aujourd'hui le café du musée. Au milieu du jardin, se dresse une stèle funéraire en ciment, qui possède un symbole gravé de la faucille et du marteau, symbole du marxisme et surmonté d'un mât, orné d’un drapeau de l'ancienne Union soviétique. Ce monument à titre posthume a été construit par l’architecte Juan O’Gorman en l’honneur de Léon Trotsky, où sont enfermés dans une urne qui contient les restes des cendres du leader révolutionnaire et de sa femme Natalia Sedova.

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada